Autoblog de Gee

Ce site n'est pas le site officiel grisebouille.net/.
C'est un blog automatisé qui réplique les articles de grisebouille.net/

La bande de jonquilles

Wednesday 14 June 2017 at 11:27

Les enfants, ne touchez pas à la drogue : vous ne voudriez pas devenir des jonquilles.

 

Télécharger “La bande de jonquilles” ct_024_la_bande_de_jonquilles.zip – Téléchargé 25 fois – 622 KB

Source: https://grisebouille.net/la-bande-de-jonquilles/


Journalosaure

Friday 9 June 2017 at 10:15

Une nouvelle aquarelle, et au-delà de la blague, un petit hommage au Monde Diplomatique, un des rares journaux de qualité qui subsistent en France (il y en a quelques-uns, quand même). Je ne saurais que vous conseiller de vous abonner. La version numérique est dispo en PDF (pour tablette) et surtout en EPUB (pour liseuse), ce qui est suffisamment rare pour être précisé. Il y a aussi pas mal d’articles disponibles en version audio, pratique à écouter dans les transports, par exemple…

Source: https://grisebouille.net/journalosaure/


Hexadécimal & Boby Lapointe

Tuesday 6 June 2017 at 12:44

Encore un article de vulgarisation où on va parler de nombres, de binaire, de tout ça… mais cette fois, on revient à la base, à la notion même de comptage. Et on évoque aussi un joyeux luron qui, bizarrement, a laissé une petite trace dans cet univers qu’on ne rattacherait pourtant pas au sien, instinctivement.

 

Télécharger “Hexadécimal & Boby Lapointe” tsq_017_hexadecimal_et_boby_lapointe.zip – Téléchargé 42 fois – 955 KB

Source: https://grisebouille.net/hexadecimal-et-boby-lapointe/


Festival de Bédéologie 2017

Wednesday 24 May 2017 at 11:54

Ce week-end, j’étais à nouveau à l’INSA de Lyon pour le Festival de Bédéologie, et c’était fort sympathique.

Bon, là comme ça, on dirait qu’il n’y a personne, mais faut pas croire, y’avait quand même du monde !

J’y étais notamment pour dédicacer le Tome II de Grise Bouille (sorti mardi dernier aux éditions Framabook), mais pas seulement… c’est que ça commence à en faire, des bouquins !

Ce qui est sympa avec ce genre d’événements, c’est qu’on rencontre tout un tas de gens d’horizons différents. Par exemple, ce monsieur qui avait imprimé lui-même ses GKND (et attention, c’était fait avec minutie). La classe, non ? Comme quoi je fais bien de distribuer des PDF…

Content aussi de faire des dédicaces à des gens qui ne connaissent pas mais, après avoir feuilleté un peu les BD, sont emballés et m’en prennent une 🙂

Petite satisfaction, aussi : parler à des gens qui connaissent Grise Bouille mais pas le Geektionnerd (= yoopy, j’ai réussi à attirer un nouveau public 🙂 )

Bref, toujours aussi sympa. Vivement la prochaine édition 😉

Source: https://grisebouille.net/festival-de-bedeologie-2017/


Grise Bouille, Tome II

Tuesday 16 May 2017 at 09:42

Ce recueil, paru le 16 mai 2017, compile la majeure partie des bandes dessinées publiées sur Grise Bouille pendant l’année 2016.

Une édition papier

Avec un peu de retard, voici enfin le second livre issu du blog et qui compile la quasi-totalité des articles de l’année dernière. Une année compliquée, marquée par les manifestations contre la Loi Travail, l’État d’Urgence et le début de la débâcle électorale (dont nous avons eu la conclusion il y a tout juste une semaine). Mais le blog aura aussi pas mal causé d’informatique, de vulgarisation et aussi de pas mal d’histoires légères et idiotes pour nous changer les idées de tout ça.

Le livre est publié aux éditions Framabook sous licence libre (CC By Sa, comme le blog) dans un format A5 à couverture souple, 300 pages en noir et blanc. Tout comme pour le tome I, la mise en page des articles a bien sûr été spécialement revue pour les adapter au format A5. Un petit aperçu :

Vous pouvez retrouver les détails de cette édition papier sur le site Framabook (et le commander par la même occasion).

Une édition numérique

Tout comme pour le tome I, une édition EPUB adaptée au liseuse (avec les images tournées à 45° pour être lues en format paysage) est proposée. Et contrairement au tome I, j’ai depuis appris à me servir du logiciel epubcheck qui permet de s’assurer de faire des fichiers valides, donc ce fichier devrait fonctionner correctement partout (contrairement au tome I qui était un peu fait à l’arrache). Du coup, j’ai aussi refait l’EPUB du tome I pour qu’il soit valide également 🙂

Un petit exemple de ce que ça donne :

(Le format PDF du livre est également disponible mais à moins de vouloir lire le livre sur tablette ou sur ordinateur (ou pour l’imprimer), préférez l’EPUB.)

Bonne lecture et à bientôt, en version bloguesque, ebook ou papier !

Source: https://grisebouille.net/grise-bouille-tome-2/


Dear foreign friends, here’s why some of us are not thrilled by Macron’s election

Wednesday 10 May 2017 at 11:54

(Version française disponible ici.)

On Sunday evening, when it was announced that Emmanuel Macron was elected President of France, there was a big gap in reactions between French people and the others on social networks: lots of foreigners were congratulating us (even pop culture idols such as Mark Hamill or Zach Braff) but among the French people, we also saw many resigned and blasé reactions (notice that « blasé » is a French word…). And it is kind of weird being congratulated for something you’re not proud of. Let me try to explain you why.

Yeah! We beat Le Pen! But did we?

First of all, let’s evacuate this: YES, we are glad Marine Le Pen won’t be our president, we won’t have to suffer her policies based on rejection and hatred of the foreigners and on inhibited nationalism. She surely would have been dangerous to a lot of people in the country and her election would have had terrible consequences in general (she’s like our own personal Donald Trump, which says a lot).

The only problem is that, though she did not win, there are good chances nothing will be solved by Macron: the 11 million people who voted for Le Pen aren’t going to magically dissolve after this election. And the worst thing is: most of the reasons why Le Pen’s score is so high are precisely the result of policies that Macron defends.

First of all, you have to understand that people who voted for Le Pen are not all racists and nationalists (thankfully). Most of them are just people who see their standard of living challenged by globalization. And when Le Pen talks about protecting them from this (even by stealing some economical principles that were theorized by the left wing), they hear it. Michael Moore said the same thing about Trump’s election, and I think he’s right.

It’s easy to see, for example, that cities voted largely for Macron (90% in Paris) while on the countryside, Le Pen dominated and sometimes got huge scores (even 100% in some village). Even in regions were immigration is low if it’s not nonexistent. And it’s easy for people in the cities to think « oh, those uneducated racist peasants » and shove the problem under the rug, as it’s easy for winners of globalization to gladly encourage it. Oh, and I’m a young male computer engineer, so don’t worry for me: I’m one of the winners. But contrary to Macron and some of my relatives, I don’t believe France is just made of young dynamic executives.

« When Le Pen talks about tradition and cultural heritage of France, you bet they listen. »

People in the countryside know that in their villages, they used to have schools; they used to have post offices; they used to have doctors; they used to have little local shops; they used to have powerful and efficient public services and companies. Oh, and the state’s budget was balanced. There’s some idealization here, but not that much.

Now their kids have to take buses for ages to reach the closest school which has overcrowded classes; they have to take the car to post a simple letter; they pray that they don’t have a heart attack as hospitals are closed and merged one after the other and full of burnt-out nurses; they realize that what’s been privatized has become more expensive and doesn’t work better when it’s not become worse (highways, electricity, railroads…).

And for the shops, well, they can rely on the mushroom gigantic ugly malls which are built everywhere in the suburbs, turning the fields into massive parking lots. These cold inhuman consumption temples that kill all little shops around and erase the cultural specificities of France’s regions. So when Le Pen talks about tradition and cultural heritage of France, you bet they listen.

OpenSky in Valbonne, an umpteenth project of gigantic mall that destroys that nature reserves

People are not anti-Europe by essence of by dogma: they are because they see that the EU has lately mainly been about freeing the market, not the people. That it’s been about putting Europeans in competition with one another, leveling down the standard of living to the poorest European countries instead of leveling up the social protection to the wealthiest ones. If you ask people, they’re all in favor of the union of all people and of eternal peace between countries, but they are not idiots: they realize that people leading the EU are using these aspirations as an excuse to push their liberal vulture capitalist agenda.

I’m pro-Europe, but let’s face it: the Europe promoted by Macron and many other pro-Europe politicians is the best weapon against Europe itself. You can’t expect people to support a policy that results in austerity and economic insecurity for them. You’re allowed to be glad France did not follow United Kingdom after the Brexit, but Europe has not suddenly become popular again with Macron’s election. You want people to support Europe?  Make a Europe that supports people.

No, Macron is not « something new »

And what is Macron compared to this? Macron is a pure product of the system that created these situations. I’ve read in many foreign articles that Macron was « something new », a « wind of change » on French politics. At this point, it’s not fake news: it’s bullshit.

Let me sum this up for you: Macron has attended ENA, a school which about 90% of our politicians attended (they are so copy-pasted one after the other that we even have an expression for them: « énarques »); he was a minister under last president François Hollande and pretty much inspired his economic policy; he worked as a banker at Rothschild, so he was not really out of the (capitalist) system but rather at the top of this system; and the cherry on the cake, he’s supported by half the dinosaurs of politics that have had power in France since before he was in high school.

« How is voting for gasoline “blocking” the fire? »

So he’s young? Yeah, big fucking deal. Macron’s project is the continuation of what’s been done in our country for thirty years: reducing the worker’s right, reducing social protection, increasing the pressure of competition on people by making free-trade agreements with countries whose labor code is a joke. As if there was anything to win in trying to be « competitive » with Chinese or Bangladeshi workers. Macron’s project is exactly what brought 11 million people to Marine Le Pen.

That’s one of the reasons many left-winged people (including me) were reluctant to vote Macron to « block » Le Pen: how is voting for gasoline « blocking » the fire?

But Macron has won fare and square, right?

That’s another part which made people reluctant to vote Macron and even angry at this: the way this election was rigged. For about a year, almost all mass media have been massively campaigning for Macron.

As a self-fulfilling prophecy, a year saturated with surveys and of articles pro-Macron made lots of people vote for him, not by conviction, but because they thought he was the « most suited to win », whatever this means. A survey showed that only 60% of the people who voted for Macron at the first round did it by conviction, opposed to 80% for every single other candidates.

The pluralism of French media

Simultaneously, the Front National (party of Marine Le Pen) was also given a wide media coverage, making it the protest choice by default. The ambition, barely hidden, was to have this second round Macron-Le Pen. This second round is very handy, because while Le Pen does oppose to the crude liberalism of Macron (well, sort of: she doesn’t mind liberalism if it’s restricted inside France’s border), she builds that on hyper-conservatism, xenophobia and Europhobia. So of course, many people (like me) won’t ever even consider voting for her because they support a fair, democratic and decent opposition to liberalism.

And of course, the very same media who gave voice to the Front National for months were peremptorily demanding people to put out the fire they create.

For several years now, Le Pen and the Front National has been a weapon that media and other parties use against democracy: put anyone against the FN in an election and he or she’s almost sure to win it. And once they know that they can organize this impossible choice, mass media just need to present one candidate as the only reasonable choice (preferably the one that serves the interests of the owners of these mass media), let the FN have most of the speaking time left and it’s done.

« Even François Hollande, the President of the French Republic who calls himself a socialist, got out of his reserve and warned people against Mélenchon, a left-winged candidate. »

Just look at what happened when another candidate was starting to get more and more favorable reviews: Jean-Luc Mélenchon, who is also anti-liberalism but with principles based on ecology and democratic revision instead of xenophobia and hyper-conservatism (with the ambition of convoking a constituent assembly to reform our badly-working republic). For the record, the guy was supported by a large majority of NGOs or by people like Noam Chomsky. But as soon as there was a chance he reached the second round, all mass media unleash the dogs on him, accusing him of being a stalinist or of wanting to create a second Venezuela in France.

Even François Hollande, yes, the President of the French Republic who calls himself a socialist (what a joke), got out of his reserve and warned people against Mélenchon, a left-winged candidate, and never raised a finger against far-right Le Pen who’d been announced as winner of the first round for ages. Why? Because contrary to Le Pen, Mélenchon was a real threat to Macron.

Don’t get me wrong, Mélenchon was not a messiah and sure there were some debatable points in his program. But he was the voice of a rational and positive opposition to liberalism, one that could confront with Macron’s vision. In any case, if Mélenchon had been in the second round, he might have lost too, but maybe not: and believe me, the debate between the two rounds would have been something else than the stupid cat-fight we got with the dumb clown Le Pen against Macron.

How long will this hold?

Le Pen’s father was at the second round of the presidential election fifteen years ago and we played the same game: people voted for Chirac to block Le Pen even though many had no sympathy at all for Chirac. Chirac had more than 80% of the votes. You’d think he would have applied a policy to fix this French society and listened to the people’s protest? Wrong. He did his right-winged policy as if 80% people voted for him by conviction. And it’s very likely Macron will do the same.

The thing is, this strategy is becoming dangerous: electors are understanding exactly what’s going on and they are less and less keen on participating in this farce. Chirac scored 80% in 2002, but Macron « only » had 66% of the votes against Le Pen in the second round, with a record of abstention and blank votes. While Le Pen almost had twice as many electors as her father fifteen years before, Macron had less people who agreed to vote for him against their own convictions.

The results are not really encouraging when we show abstention and blank votes

Sadly, there is good chance this will not go better in the near future: nobody in the higher circles seems to want to put an end to this dangerous game and in five years, Le Pen might just end up winning for real (if things don’t go bad before).

In the mean time, Macron will apply his liberal policy as if all was well. Him and the media will keep hammering « THERE IS NO ALTERNATIVE » to any criticism against it. More and more people will have nothing to loose in giving in to any kind of vote that says « enough! ». I do not see this ending well.

So in the upcoming months, you might hear that there are once again strikes in France. And before you start joking about how we are always on strike, think that we’re trying to protect our social model against yet another attack, and that we are alone, with most of the French media and political powers against us.

Our social model has been our strength for all the second half the XXth century, leading for example to a world reputed healthcare system. And this social model was put in place just after the Second World War, at a time when the country was devastated and ruined (here’s for the « we can’t afford it »). And it’s not outdated or unadapted: one reason French people suffered less than many others from the subprime crisis in 2008 was precisely the robustness of this social model. And I know we have the reputation of surrendering easily, but know this: we won’t let it die without a fight.

Source: https://grisebouille.net/dear-foreign-friends-heres-why-some-of-us-are-not-thrilled-by-macrons-election/


Chers amis étrangers, voilà pourquoi certains d’entre nous ne sont pas ravis par l’élection de Macron

Wednesday 10 May 2017 at 11:53

(English version available here.)

Dimanche soir, lorsqu’il a été annoncé qu’Emmanuel Macron était élu Président de la République, il y a eu un gros écart dans les réactions que l’on a pu observer sur les réseaux sociaux : de nombreux étrangers nous ont félicités (même des icônes de la pop culture comme Mark Hamill ou Zach Braff) mais parmi les français, on a aussi vu pas mal de réactions résignées et blasées. Et c’est assez étrange d’être félicité pour quelque chose dont on n’est pas fiers. Je vais essayer d’expliquer pourquoi.

Ouais ! On a battu Le Pen ! Vraiment ?

Tout d’abord, évacuons ça : OUI, nous sommes heureux que Marine Le Pen ne soit pas présidente, nous n’aurons pas à subir sa politique basée sur le rejet et la haine de l’étranger et sur un nationalisme décomplexé. Elle aurait sans doute été dangereuse pour beaucoup de gens dans le pays et son élection aurait eu des conséquences terribles en général (c’est un peu notre Donald Trump personnel, et ça en dit long).

Le seul problème, c’est que, bien qu’elle n’ait pas gagné, il y a de grandes chances que rien ne soit résolu avec Macron : les 11 millions de personnes qui ont voté pour Le Pen ne vont pas disparaître comme par magie après l’élection. Pire : la plupart des raisons qui expliquent le score élevé de Le Pen sont précisément le résultat des politiques que Macron défend.

Tout d’abord, il faut comprendre que les gens qui votent Le Pen ne sont pas tous des racistes ou des nationalistes (heureusement). La plupart sont juste des gens qui voient leurs niveaux de vie fragilisés par la mondialisation. Et quand Le Pen parle de les protéger contre ça (en allant jusqu’à piquer des principes économiques théorisés à l’origine par la gauche), ils l’entendent. Michael Moore avait dit la même chose à propos de l’élection de Trump, et je pense qu’il a raison.

On peut facilement voir, par exemple, que les villes ont largement voté Macron (90% à Paris) alors que dans les campagnes, Le Pen a dominé et a parfois obtenu des scores énormes (jusqu’à 100% dans certains villages). Même dans des coins où l’immigration est basse voire inexistante. Et c’est facile, pour les citadins, de penser « oh, ces abrutis de pécores racistes » et de cacher le problème sous le tapis, tout comme c’est facile pour les gagnants de la mondialisation de l’encourager avec enthousiasme. Oh, et je suis un jeune ingénieur en informatique, alors vous en faites pas pour moi : je fais partie des gagnants. Mais contrairement à Macron et certaines de mes connaissances, je ne pense pas que la France soit uniquement constituée de jeunes cadres dynamiques.

« Quand Le Pen parle de tradition et d’héritage culturel français, tu parles qu’ils écoutent. »

Les habitants de la campagne savent que dans leurs villages, avant il y avait des écoles ; avant, il y avait des bureaux de poste ; avant, il y avait des médecins ; avant, il y avait des petits commerces ; avant, nous avions des services et des entreprises publics puissants et efficaces. Oh, et le budget de l’état était à l’équilibre. Il y a une idéalisation, certes, mais pas tant que ça.

Maintenant, leurs gamins doivent faire un long trajet en bus pour atteindre l’école la plus proche et ses classes surchargées ; ils doivent prendre leur voiture pour aller poster une simple lettre ; ils prient pour ne pas faire d’infarctus puisque les hôpitaux sont fermés et fusionnés les uns après les autres, remplis d’infirmiers et infirmières en burn-out ; ils se rendent compte que ce qui a été privatisé leur coûte plus cher et ne fonctionne pas mieux quand ce n’est pas pire (autoroutes, électricité, chemins de fer…).

Et concernant les commerces, eh bien, ils peuvent se consoler avec les immondes centres commerciaux géants qui poussent comme des champignons partout dans les périphéries et qui transforment les champs en parkings géants. Ces temples de la consommation inhumains qui tuent les petits commerces autour et effacent les spécificités culturelles des régions de France. Alors oui, quand Le Pen parle de tradition et d’héritage culturel français, tu parles qu’ils écoutent.

OpenSky à Valbonne, un énième projet de centre commercial géant qui détruit le patrimoine naturel

Les gens ne sont pas anti-Europe par essence ou par dogme : ils le sont parce qu’ils se rendent compte que l’UE, ces derniers temps, a surtout œuvré pour libérer le marché, pas les peuples ; qu’elle a surtout consisté à mettre les européens en compétition les uns contre les autres, en nivelant vers le bas la qualité de vie avec celles des pays les plus pauvres au lieu de niveler vers le haut la protection sociale avec celles des pays les plus riches. Si vous demandez aux gens, ils sont tous en faveur de l’union des peuples et de la paix éternelle entre les pays, mais ils ne sont pas idiots : ils se rendent bien compte que l’élite de l’UE manipule ces aspirations comme un prétexte pour forcer leur projet de capitalisme libéral de prédation.

Je suis pour l’Europe, mais soyons honnêtes : l’Europe promue par Macron et par tant d’autres politiciens pro-Europe est la meilleure arme contre l’Europe elle-même. On ne peut pas attendre des gens qu’ils soutiennent une politique qui se traduit pour eux en austérité et précarité. On peut se féliciter que la France n’ait pas suivi le Royaume Uni après le Brexit, mais l’Europe n’est pas soudainement redevenue populaire avec l’élection de Macron. Vous voulez que les gens soutiennent l’Europe ? Construisez une Europe qui soutienne les gens.

Non, Macron n’est pas un renouveau

Qu’est-ce que Macron dans tout ça ? Macron est le pur produit du système qui a créé ces problèmes. J’ai lu dans beaucoup d’articles étrangers que Macron était « un renouveau », « un vent de changement » dans la politique française. À ce niveau, ce ne sont plus des fake news : ce sont de grosses conneries.

Laissez-moi vous résumer ça : Macron a été à l’ENA, une école fréquentée par à peu près 90% de nos politiciens (ils sont tellement des copies les uns des autres qu’on a inventé une expression pour : « énarques ») ; il était ministre sous le dernier président François Hollande et a été l’inspirateur de sa politique économique ; il a bossé comme banquier chez Rothschild, ce qui fait qu’il n’était pas hors du système (capitaliste) mais plutôt au sommet de ce système ; et la cerise sur le gâteau, il est soutenu par la moitié des dinosaures de la politique qui avaient déjà le pouvoir avant qu’il ne soit au lycée.

« En quoi voter pour le kérosène va “faire barrage” au feu ? »

Il est jeune ? Ça nous fait une belle jambe. Le projet de Macron est à peu de chose près dans la continuité de ce qui a été fait dans notre pays depuis trente ans : réduction des droits des travailleurs, réduction de la protection sociale, accroissement de la pression de la compétition sur les gens en signant des accords de libre-échange avec des pays dont le code du travail est une blague. Comme s’il y avait quoi que ce soit à gagner à tenter d’être « compétitif » avec des travailleurs chinois ou bangladais. Le projet de Macron est exactement ce qui a poussé 11 millions de personnes vers Marine Le Pen.

C’est d’ailleurs l’une des raisons qui ont fait que beaucoup de gens de gauche (moi compris) étaient réticents à voter Macron pour « faire barrage » à Le Pen : en quoi voter pour le kérosène va « faire barrage » au feu ?

Mais la victoire Macron est incontestable, n’est-ce pas ?

C’est une autre raison qui a fait que des gens étaient réticents à voter Macron et même en colère contre l’idée : la façon dont l’élection a été arrangée. Pendant une grosse année, presque tous les grands médias ont fait massivement campagne pour Macron.

Comme une prophétie auto-réalisatrice, un an saturé de sondages et d’articles pro-Macron ont fait que beaucoup de gens ont voté pour lui, non par conviction mais parce qu’ils ou elles pensaient qu’il était le « plus approprié pour gagner », quel que soit le sens qu’on donne à cette idée. Un sondage a montré que seulement 60% des gens qui ont voté Macron au premier tour l’ont fait par conviction, un score qui s’élève à 80% chez n’importe quel⋅le autre candidat⋅e.

Le pluralisme des médias français

En parallèle, le Front National (parti de Marine Le Pen) s’est aussi vu accordée une large couverture médiatique, le présentant comme le choix contestataire par défaut. Le but, à peine caché, était d’avoir ce second tour Macron-Le Pen. Ce second tour est très pratique, parce que si Le Pen s’oppose bien au libéralisme brut de Macron (et encore, si on veut : le libéralisme ne la dérange pas tant qu’il est circonscrit au territoire de la France), elle construit ça sur de l’hyper-conservatisme, de la xénophobie et de l’europhobie. Donc bien entendu, beaucoup de gens (comme moi) n’iront jamais jusqu’à simplement envisager de voter pour elle parce qu’ils ou elles souhaitent une opposition juste, démocratique et respectable au libéralisme.

Et bien sûr, les médias qui avaient donné la parole au FN pendant des mois furent les mêmes qui exigèrent avec autorité que les électeurs éteignent ce feu qu’ils avaient allumé.

Depuis de nombreuses années déjà, Le Pen et le Front National ont servi, pour les médias et les autres partis, d’une arme contre la démocratie : mettez n’importe qui en face du FN dans une élection et il ou elle est presque certain de l’emporter. Et puisqu’ils ont compris qu’ils peuvent façonner ce choix impossible, les grands médias ont juste à présenter un unique candidat comme le choix raisonnable (de préférence, celui qui sert les intérêts des propriétaires de ces grands médias), à laisser le FN monopoliser le reste de la parole et le tour est joué.

« Même François Hollande, le Président de la République qui s’autoproclame socialiste, est sorti de sa réserve et s’est élevé contre Mélenchon, un candidat de gauche. »

Il suffit de voir ce qui s’est passé quand un autre candidat commençait à avoir de plus en plus d’avis favorables : Jean-Luc Mélenchon, qui est également anti-libéralisme mais avec des principes basés sur l’écologie et la refonte de notre démocratie à la place de la xénophobie et de l’hyper-conservatisme (avec l’ambition de convoquer une assemblée constituante pour réformer notre république qui fonctionne mal). Pour information, ce mec était soutenu par une grande majorité d’ONG et par des gens comme Noam Chomsky. Mais dès qu’il y a eu une chance de le voir accéder au second tour, tous les grands médias ont lâché les chiens sur lui, l’accusant d’être un stalinien ou de vouloir créer un second Venezuela en France.

Même François Hollande, oui, le Président de la République qui s’autoproclame socialiste (la blague), est sorti de sa réserve et s’est élevé contre Mélenchon, un candidat de gauche, et n’a jamais levé le petit doigt contre l’extrême-droite de Le Pen qu’on annonçait pourtant comme vainqueur du premier tour depuis des plombes. Pourquoi ? Parce que contrairement à Le Pen, Mélenchon était une vraie menace pour Macron.

Ne vous méprenez pas, Mélenchon n’était pas le messie et il y avait bien sûr des points discutables dans son programme. Mais il était la voix d’une critique rationnelle et positive du libéralisme, une qui aurait pu se confronter à la vision de Macron. En tout cas, si Mélenchon avait été au second tour, il aurait peut-être perdu aussi, mais peut-être pas : et croyez-moi, le débat entre les deux tours aurait eu une autre gueule que le crêpage de chignons imbécile auquel on a eu droit avec la guignolo de Le Pen contre Macron.

Combien de temps cela va-t-il tenir ?

Le père de Le Pen était au second tour de l’élection présidentielle il y a quinze ans et nous avons joué au même jeu : les gens ont voté pour Chirac pour faire barrage à Le Pen même si pas mal d’entre eux n’avaient aucune sympathie pour Chirac. Chirac a obtenu plus de 80% des votes. On aurait pu penser qu’il allait appliquer une politique pour réparer cette société française et écouter la contestation populaire ? Loupé. Il a fait sa politique de droite comme si 80% des gens avaient voté pour lui par conviction. Et il y a de grandes chances que Macron fasse la même chose.

Le truc, c’est que cette stratégie devient dangereuse : les électeurs comprennent très bien ce qui se passe et ils sont de moins en moins enclins à participer à cette mascarade. Chirac a fait 80% en 2002, mais Macron n’a eu « que » 66% des votes contre Le Pen au second tour, accompagné d’un record d’abstention et de votes blancs. Et alors que Le Pen a entraîné presque deux fois plus d’électeurs que son père quinze ans plus tôt, Macron a vu moins de gens d’accord pour voter pour lui contre leurs propres convictions.

Les résultats n’ont rien d’encourageant si on tient compte de l’abstention et des votes blancs

Malheureusement, il y a de grandes chances que cela ne s’arrange pas dans un futur proche : personne dans les hautes sphères ne semble vouloir mettre fin à ce jeu dangereux et dans cinq ans, Le Pen pourrait bien finir par gagner pour de bon (si les choses ne se gâtent pas plus tôt).

Dans le même temps, Macron va appliquer sa politique libérale comme si tout allait bien. Lui et les médias vont continuer de marteler « IL N’Y A PAS D’ALTERNATIVE » en réponse à toute critique contre ça. De plus en plus de gens n’auront plus rien à perdre à s’abandonner à n’importe quel vote pour dire « assez ! ». Je ne vois pas comment cela pourrait finir bien.

Alors dans les prochains mois, vous entendrez peut-être qu’il y a encore une fois des grèves en France. Et avant que vous ne commenciez à blaguer sur le fait que nous sommes constamment en grève, dites-vous bien que nous essayons de protéger notre modèle social contre une énième attaque, et que nous sommes seuls, avec pratiquement tous les pouvoirs médiatiques et politiques français contre nous.

Notre modèle social a été notre force pendant toute la seconde moitié du XXe siècle, ce qui a par exemple mené à la création d’un système de santé reconnu mondialement. Et ce modèle social a été mis en place juste après la Seconde Guerre Mondiale, à un moment où le pays était dévasté et ruiné (ça, c’est pour le « on ne peut pas se le permettre »). Et il n’est ni dépassé ni inadapté : l’une des raisons qui fait que les français ont moins souffert de la crise des subprimes en 2008 que d’autres, ça a été précisément la robustesse de ce modèle social. Et je sais que nous avons la réputation de capituler aisément, mais sachez une chose : nous ne le laisserons pas crever sans combattre.

Source: https://grisebouille.net/chers-amis-etrangers-voila-pourquoi-certains-dentre-nous-ne-sont-pas-ravis-par-lelection-de-macron/


Votez Superflu 2017

Friday 5 May 2017 at 10:16

Je sais, c’est pas très sympa de ma part de sortir un article avec Superflu… qui ne soit même pas un nouvel épisode. Mais bon, question timing, c’était maintenant ou jamais 🙂

Source: https://grisebouille.net/votez-superflu-2017/


Votants, vous n’avez pas honte ?

Tuesday 25 April 2017 at 12:27

Bon, je suis d’humeur taquine, aujourd’hui…

Je précise d’emblée que le titre est volontairement provoc : ceci n’est pas vraiment une charge contre les votants hein (d’ailleurs, pour ne rien vous cacher, je suis moi-même allé voter dimanche pour des raisons qui m’appartiennent alors que vous connaissez mon avis sur le sujet). Là, je m’attaque surtout aux « casseurs d’abstentionnistes » pour rappeler que des arguments contre le principe même du vote, il y en a aussi.

Ce qui est d’autant plus vrai si l’étendue de leur citoyenneté se résume juste à aller mettre un papier dans l’urne tous les 5 ans et emmerder ceux qui ne le font pas. Rappel : la démocratie n’est pas un rendez-vous.

 

Télécharger “Votants, vous n'avez pas honte ?” lf_025_votants_vous_n_avez_pas_honte.zip – Téléchargé 73 fois – 414 KB

Source: https://grisebouille.net/votants-vous-navez-pas-honte/


Comédie romantique

Wednesday 12 April 2017 at 11:45

La comédie romantique (rom com pour les intimes) est un genre cinématographique très codifié. Si vous voulez vous lancer dans le genre, voici un petit tutoriel.

 

Télécharger “Comédie romantique” ct_023_comedie_romantique.zip – Téléchargé 20 fois – 1 MB

Source: https://grisebouille.net/comedie-romantique/