Du libre, du code, des idées, du mélange d’ArraKISS…

De l’épice pour la pensée

Tous les profs le savent, la période avant les vacances de fin d'année est la plus difficile. On passe son temps à remplir des bulletins, assister à des conseils de classe jusqu'à tard le soir. Une fois rentré à la maison il faut continuer à préparer les cours du lendemain, corriger les devoirs, gérer les situations de crise. Car oui, les élèves sont surexcités en cette période : fatigue, impatience devant les fêtes... Bref, les nuits sont courtes et les journées pas assez longues.

Afin d'alléger votre humeur, je vous propose les activités suivante à réaliser en classe, à modifier et adapter à votre guise.

1. Le faux devoir maison :
L'idée est de donner un devoir à faire à la maison qui devra être rendu à un collègue. Pour qu'il soit réussi, il faut choisir le sujet avec soin en rapport avec le collègue visé :

  • Spécial breton : Rédiger sous forme de protocole expérimental la recette du caramel au beurre salé.
  • Spécial maths (marche aussi pour la technologie) : Tracer le patron pour fabriquer l'avion en papier qui vole le plus loin.
  • Spécial sportif : Rédiger un paragraphe argumenté expliquant pourquoi l'OM est meilleure que le club de Paris. (ou n'importe quoi d'autre).

Notez l'intérêt pédagogique de chaque activité. ^^

2. Le batsignal
Téléchargez et imprimez l'image ci-dessous sur une feuille cartonnée. Après un peu de découpage, vous pourrez la placer devant le vidéoprojecteur d'un collègue. Cela nécessite d'avoir accès à la salle dans laquelle il fait cours.

i

3. Le bingo des maths
Faîtes coller la feuille suivante à la fin du cahier de maths des élèves. Promettez une belle récompense à celui qui aura gagné. Bien sûr, ce n'est pas vous le prof de maths.

i

Je décline toute responsabilité si ces idées se retournent contre vous.

Sinon, vous avez des idées vous aussi ?

Ça m'énerve ! Pourquoi y a-t-il encore des "microsoft word" d'installés dans les écoles ? Grrr !
Le pire, c'est que les parents vont aller l'acheter pour l'avoir à la maison. Et comme tout le monde l'a à la maison, les écoles vont aller l'installer pour ne pas "perturber" les pitis enfants.

i

Déjà, rien que dans cette ligne, j'ai les cheveux qui tombent car :

  • On "force" des familles à acheter un logiciel privateur, qu'elles devront acheter à nouveau le jour où leurs documents ne pourront plus être ouverts car il faut une version plus récente du logiciel. Au mieux, on les force à trouver une version piratée. Ça a un certain intérêt éducatif, mais ça ne retire pas tous les problèmes liés à un logiciel non libre.
  • Les écoles n'ont pas de fric, les parcs informatiques sont souvent vraiment très pourris ! Des Raspberry pi iraient plus vite... Alors pourquoi, POURQUOI on va dépenser de l'argent dans une licence ???
  • On installe ce que les enfant ont chez eux... Ce n'est pas tout le contraire qu'il faudrait : apprendre à se débrouiller en informatique quel que soit le logiciel devant soi ? J'imagine bien le jeune employé arrivé sur son nouveu poste...
i

Pourtant, il y a une solution : libreoffice !
C'est libre, gratuit, et peut ouvrir vos documents sans péter la mise en page précédente... Ce n'est d'ailleurs pas le seul logiciel libre qu'on peut utiliser.

Avec le FramaDVD école, on peut installer les logiciels libres facilement sur les postes de l'école. Super non?
Ha ha, ça serait trop simple, car les 3/4 du temps, les profs n'ont pas d'accès admin sur les postes et ne peuvent pas installer les logiciels (sans attendre 3 mois qu'un budget soit voté à la mairie... Sans parler des collèges...).

Bon, admettons qu'on y arrive, car on est dans le meilleurs des mondes. Au moins, les élèves peuvent utiliser les mêmes logiciels à la maison sans rien débourser et poursuivre leur travail à chances égales quel que soit le budget familial.

i

C'est pas faux. Et on peut difficilement s'attendre à ce que tout le monde arrive à démarrer sur la session live du framaDVD.

Heureusement, il y a la framakey. Ce truc est juste génial !
Ça permet d'avoir les logiciels libres que vous souhaitez dans un dossier. C'est donc très pratique à copier sur une clé USB et emmener partout. Mais là où c'est vraiment fort, c'est que les logiciels n'ont pas besoin d'être installés sur les PC pour être utilisés. Fini les setup.exe !
Vous téléchargez un fichier d'installation qui vous copie dans un dossier des logiciels libres et un petit programme qui permet d'en ajouter via un catalogue. Quelques clic, un copier/coller du dossier sur une clé USB et voilà !

i

On peut y avoir des logiciels libres en bureautique, mais aussi éducatifs ou multimedia (edition vidéo, ...). Ne manque plus qu'une version portable de scratch (si quelqu'un a une info là-dessus).

Ajoutez-y une version hors-ligne de wikipedia, et vous avez la clé USB ultime !

Au bout du compte :

  • Pas d'installation sur les postes de l'école : une clé USB et roule ma poule. Ça coupera la chique aux mairies et autres procédures inutiles/incompétentes ;
  • L'élève peut copier ce dossier plein de logiciels libres sur une clé USB et la ramener à la maison pour travailler avec les mêmes logiciels, sans foutre en l'air sa présentation. Rien n'est installé sur le poste familial, on ne force pas.
  • Ça ne coûte rien. Ça fait même des économies en doliprane !

Reste à faire découvrir tout ça aux enseignants ! Car le logiciel-libre à l'école ne pourra décoller que si les enseignants s'y mettent.
Chers collègues, vous voulez une instruction avec égalité des chances et respect des libertés? Alors sortez-vous les doigts, ou allez bosser dans un établissement privé (coucou JB, je t'aime quand même tu sais :P).


ps : les images ont été générées grâe au générateur geektionnerd redécouvert avec l'aide du moutonlibre.

Vous souvenez-vous du papier millimétré? Mais si voyons, ces feuilles qu'il fallait acheter et toujours avoir dans son sac juste au cas où le prof aurai décidé de vous faire tracer un graphique. Ça ne servait qu'une fois dans l'année scolaire en plus, il ne fallait pas se louper !

Cet article s'adresse au prof justement. Si vous voulez fournir du papier millimétré à vos classes, il y a 2 solutions :

  • Espérer que les élèves en auront dans leurs affaires (Ha ha... :D)
  • En photocopier à partir d'un modèle acheté dans le commerce.

Cette dernière solution fonctionne, mais le rendu n'est franchement pas terrible. C'est déjà tellement pénible à lire, alors photocopié...

Je vous propose alors une solution fabriquée en LaTeX (cliquez pour télécharger le pdf):

i

Le code LaTeX utilisé est le suivant  :

% \papmili{x}{y}
\newcommand{\papmili}[2]{
\begin{tikzpicture}
\draw[step=1mm, line width=0.1mm, black!30!white] (0,0) grid
({#1},{#2});
\draw[step=5mm, line width=0.2mm, black!40!white] (0,0) grid
({#1},{#2});
\draw[step=5cm, line width=0.5mm, black!50!white] (0,0) grid
({#1},{#2});
\draw[step=1cm, line width=0.3mm, black!90!white] (0,0) grid
({#1},{#2});
\end{tikzpicture}
}
\papmili{18}{27}

Avec ce code, vous pouvez faire des carreaux de la largeur et longeur souhaitée.

Oui, je l'avoue, j'aime le LaTeX.

Voilà un moment que je n'ai pas parlé "instruction" ici. Puisque c'est en ce moment le bazar, enfin encore plus que d'habitude, un petit point s'impose (en gros hein) :

  • Les programmes sont rédigés en terme de notions à maîtriser (savoirs, compétences...)
  • Le "socle commun" doit être validé à la fin du collège. Il est constitué de 5 domaines avec des compétences dedans chacun.
  • Le 2e doit être évalué comme le 1er et en permettre l'acquisition.

Déjà, c'est la merde, non? Ce n'est pas finit!

  • On passe d'un suivi trimestriel à semestriel par endroits
  • On oublie la note, au profit de A : Bonne maîtrise, B : Maîtrise à renforcer, C : En cours d'acquisition, D : Maitrise insuffisante.
  • On garde la note dans certains bulletins.

Autant dire que rien que ça (et je ne parle pas des réformes récentes sur le collège et le nouveau programme...), c'est incompréhensible pour les enfants et les familles. Autant une appréciation est plus parlante qu'un 15/20 où on ne sait pas du tout ce qui est réussi où non, que le mélange de tout ça d'un coup a l'effet inverse. À côté, les profs se tapent la tête contre les murs pour évaluer en faisant des notes, des compétences, sans trop bien savoir ce qu'il faut observer et où il faut l'enregistrer. Au final, les élèves ne savent plus trop où ils en sont à l'école.

Bref, pour ne pas avoir à filer aux élèves un tableau long comme le bras avec toutes les compétences et pouvoir mettre en valeur les progrès plutôt qu'une somme d'évaluations plus ou moins réussies, j'ai bricolé une feuille de calcul tout en un :

  • 1 feuille de calcul : 1 classe
  • L'équivalence compétence > note est automatiquement calculée
  • Ça doit être clair pour l'élève et la famille
alt

C'est loin d'être parfait, mais ça me plaît un peu plus déjà. N'hésitez pas à le modifier si ça vous tente. Attention toutefois à ne modifier que :

  • Les intitulés des compétences
  • La liste des élèves
  • Les "notes" dans le 2e tableau où un 3 correspond à un A, un 2 correspond à un B, 1 à C et 0 à D. Le tableau du haut sera automatiquement rempli au fil de votre saisie.
  • Pour changer d'élève, cliquez sur la cellule avec le nom dans la 1e page, une liste déroulante apparaîtra.

Tout est expliqué et disponible par ici.

Et pour éditer le document, inutile d'acheter une licence microsoft Excel, libreoffice sera plus efficace, et c'est gratuit et légal ☺.

Si vous êtes enseignant, vous avez sans doute déjà entendu dire que pour adapter aux mieux vos documents pour les élèves souffrant de dyslexie, il fallait utiliser le Comic Sans MS.
Quelle conn*/çÂß±ô!
D'autres diront que c'est Arial ou je ne sais quoi. En fait, on entend tout et n'importe quoi.

aperçu opendyslexic

Heureusement, il existe une police libre, gratuite créée spécialement pour les troubles dys. Elle est disponible pour tous les systèmes d'exploitations, vous n'avez pas d'excuses donc de ne pas l'utiliser. Son nom, c'est opendyslexic.
Vous pourrez la télécharger en cliquant ici., ou bien sous debian/handylinux en installant le paquet fonts-opendyslexic .