Du libre, du code, des idées, du mélange d’ArraKISS…

De l’épice pour la pensée

Snif snif, ma guitare a la tête brisée... Pas de résumé des activités libres donc ce mercredi.


Je ne peux pas la jeter, il y a trop de souvenirs... Alors que faire ?
J'ai bien envie d'en faire une mini-armoire, mais peu de livres tiendront dedans... Oh, et si, nooon, ça semble trop compliqué... Et puis pourquoi pas ? Et si j'en faisait un réceptacle pour une borne d'émulation qui servira aussi de médiacenter ?

Allez, c'est parti !

  • Avant tout, je recolle la tête avec de la colle à bois.
  • On commence par découper l'avant de la guitare sur le bord afin que ça soit plus joli quand on la regardera de face. Le plus dur est de commencer, mais avec une lame de scie sauteuse assez fine, à la main (si si), on y arrive.
  • On ponce un peu les bords.
  • Là, je galère un peu, je voulais ajouter une petite charnière en haut afin de faire un panneau dépliant. Mais c'est trop épais et tout moche... Et surtout, je n'ai pas de vis suffisamment petites, je risque d'éclater le bois. Tant pis, je colle des aimants récupérés, ça permettra de fixer "la porte".
  • Je fais deux trous à l'arrière pour faire passer les fils d'alimentation/VGA/Jack... Afin qu'ils ne soient pas visibles, je les fait dans la partie en haut, derrière la partie que j'ai laissée.
  • Reste à passer les fils, mettre un raspberry pi avec retropie et kodi dessus. LE raspberry pi 3 a le wifi intégré, donc c'est tip top.
  • Tout ce qui est électrique : écran, raspberry pi, chaine hifi (pour le son) sont branchés à une multiprise qui dispose d'un bouton : très facile d'allumer on éteindre le RPi :)

J'ai mis les roms sur la clé USB qu'on peut voir sur les photos. Cela dit, j'aurais pu procéder comme pour les films/série/musiques lus avec kodi.

En effet, tout ne tient pas sur le raspberry pi, et ça ne serait pas pratique. Qu'à cela ne tienne, j'ai fait en sorte qu'au lancement du raspberry pi, les dossiers contenant les musiques et les vidéos sur mon serveur soient montés via sshfs. Ça se fait tout seul avec des clés, et ça tourne très bien.

Je m'excuse pour les personnes qui savent bricoler. J'ai peu de matériel, donc j'ai fait avec les moyens du bord. Cela dit, je suis content du résultat que voici :

Mal fermé pour voir ce que ça donne :



oui, il y aura un boitier pour le RPi un jour ^^ .

Allez, sur ce, vous m'en voudrez pas, j'ai des credits sur MetalSlug à utiliser

Il était une fois un petit raspberry pi qui traînait. Il en avait marre d'être toujours relié à un clavier, une souris, un écran et un cable ethernet. Les petits du quartier se moquaient de lui, ils l'appelaient "Tête de noeuds".
Il décida alors de se débarasser de son vieil écran et de faire peau neuve. Il trouva alors un écran tactile LDC pas trop cher : un SainSmart 3.2" TFT LCD 320*240. Ça faisait un fil de moins, car désormais, son écran était directement attaché sur lui :

alt

Bon au début, il perdait un peu les pédales : sa souris allait dans tous les sens, pas glop. Il réussit quand même à s'y habituer grâce à un super tutoriel.
Au passage, il passa de raspbian wheezy à raspbian jessie, et whaou! Il se sentait beaucoup efficace et rapide qu'avant. Voilà au moins une chose de bonne avec jessie.
Comme il n'avait plus de clavier, il s'installa matchbox-keyboard, comme ça, on pouvait écrire quand même.)

Super se dit-il, je n'ai plus de clavier ni de souris, il ne me reste plus qu'à me débarasser du cable ethernet. Hop, un petit dongle usb fera bien l'affaire.

Se sentant bien dans sa nouvelle peau, il alla jouer avec son copain barbu d'à côté :

alt
alt

Cependant, il fallait bien avouer que son bureau lxde n'était pas très pratique sur ce petit écran :
alt
alt

Et pour naviguer sur le net, quelle horreur, on ne voyait rien :

alt

Un jour, lui aussi il aurait un grand écran tactile. Il en existe il paraît, même que la fondation raspberry pi en a sorti un!

Son copain barbu ne pouvait pas le laisser comme ça, sinon les autres allaient encore se moquer de lui. Il lui prépara alors une petit interface pour contrôler MPD, le lecteur de musique.

alt

Le voilà transformé en lecteur de musique qu'il suffit de relier à une chaîne hifi ou des enceintes pour faire "du gros son" comme disent ces imbéciles de petits du quartier qui se moquent tout le temps. Et en plus, avec les 3 boutons aux bords de l'écran, on peut facilement l'éteindre ou y associer n'importe quel raccourci clavier. Il faut juste lancer ce petit script au début de session :

#!/usr/bin/env python
# -*- coding:Utf-8 -*-


import RPi.GPIO as GPIO
import time
import os


GPIO.setmode(GPIO.BOARD)

GPIO.setup(12, GPIO.IN, pull_up_down = GPIO.PUD_UP)
GPIO.setup(16, GPIO.IN, pull_up_down = GPIO.PUD_UP)
GPIO.setup(18, GPIO.IN, pull_up_down = GPIO.PUD_UP)

while True:
        if(GPIO.input(12) == 0):
                print("Button 1 pressed")
                os.system("DISPLAY=:0 wmctrl -a sonata")
        if(GPIO.input(16) == 0):
                print("Button 2 pressed")
                os.system("DISPLAY=:0 wmctrl -a tty-clock")
        if(GPIO.input(18) == 0):
                print("Button 3 pressed")
                os.system("sudo poweroff")


        time.sleep(0.2)

GPIO.cleanup()

Alors son copain barbu a bien essayé de lui faire adopter une session matchbox en lui installant le paquet du même nom. Et c'est vrai que c'était plus pratique :

alt
alt

Mais non, c'est quand même vachement plus fun de jouer de la musique.
C'est qui la tête de noeuds maintenant?

J'ai enfin mis en place à moindre frais une sorte de jukebox fait maison. L'idée est d'avoir de la musique de qualité qu'on peut entendre partout dans l'appartement, et de pouvoir contrôler la lecture de n'importe où aussi.

Alors pour le matériel, j'ai juste une chaîne HiFi (qui finalement date un peu beaucoup). Donc au niveau du son dans toutes les pièces, on peut faire nettement mieux avec du matériel plus récent. Cette chaîne reçoit le flux audio par un jack relié à un raspberry Pi. Notez que ça pourrait être n'importe quel pc, mais au moins, le raspberry consomme très peu.

La musique est située sur mon serveur, qui est présente de façon transparente sur le raspberry pi grâce à sshfs. On pourrait très bien faire de même avec un partage ntf, ou encore simplement monter un disque dur sur le raspberry pi. Bon, pour ce qui est de la lecture, tout roule.

Voyons maintenant comment contrôler le tout (changer de chanson, augmenter/baisser le volume...) :




Ce raspberry se [connecte automatiquement au lancementforums.debian.net/viewtopic.php?t=119348 et lance 2 commandes ajoutées au fichier ~/.profile :


Ce dernier est un client avec une interface web. Il ne nécessite pas php, et est codé en C, c'est dont tout à fait adapté au raspberry. Bon par contre, je n'ai relié aucun écran au raspberry pi, donc pour accéder à l'interface de ympd, il me suffit d'un navigateur web pour aller à l'adresse 192.168.1.69:8080 . C'est très facile avec un smartphone par exemple, qui fait office de télécommande.

Pour retrouver cette adresse, vous pouvez lancer cette commande sur le raspberry pi :

/sbin/ifconfig |grep inet

Et si l'interface de ympd ne vous plaît pas, rien n'empêche de contrôler la lecture avec ssh. On crée des clés pour ne pas avoir à entrer de mot de passe, puis on gère mpd avec nos scripts habituel. Par exemple, pour passer à la chanson suivante :

ssh alias_pour_la_musique mpc next

Plus simplement, n'importe quel client à mpd peut aussi se connecter à l'hôte 192.168.1.69 si vous le configurer correctement :

mpc -h 192.168.1.69 next

Attention, mpd doit avoir dans ce cas dans son fichier de configuration

bind_to_adress "192.168.1.69"

et ympd doit être lancé ainsi :

ympd -h 192.168.1.69